Les amis de mes amis ne sont pas toujours… - Brandi Williams
Brandi Williams

Les amis de mes amis ne sont pas toujours…

Les amis de mes amis ne sont pas toujours… - Brandi Williams

J’avais rendez-vous dans un restaurant, où je devais retrouver une amie qui voulait absolument me faire rencontrer quelques-uns de ces amis. Il y avait un avocat, un plombier, et un directeur d’agence de placement infirmier. J’ai toujours su que cette amie avait particulièrement, un esprit pragmatique. Elle me disait toujours : il faut toujours avoir pour ami, un plombier, un avocat, et une personne œuvrant dans le monde de la santé ! Elle estimait que c’était la meilleure façon de faire des milliers de dollars d’économies dans sa vie. L’avocat pouvait répondre à toutes questions économiques et politiques. Le plombier était un parfait bricoleur, il pouvait s’occuper d’une maison, du toit au sous-sol. Quant au directeur d’agence, c’était pour elle, la meilleure façon d’avoir une main dans le domaine de la santé, et de connaître les meilleurs endroits, pour recevoir les meilleurs soins. Je connaissais plus ou moins le métier des deux premiers, mais je me demandais particulièrement en quoi consistait à être directeur d’agence placement infirmier. Lorsque je posais la question, mon amie fit le nécessaire pour changer de sujet. Elle connaissait certains de mes principes, et savait que je pouvais crier fort lorsqu’il s’agissait de gagner de l’argent sur le dos des contribuables. Je lui laissais ma carte, en espérant faire plus ample connaissance avec lui.

La semaine suivante, c’était à mon tour de recevoir. Je faisais la surprise à mon amie, en invitant son ami, le directeur d’agence, sans lui en parler. J’étais chez moi cette fois-ci, et j’avais bien l’intention d’en savoir un petit peu plus sur ce qu’était un placement infirmier. Il me fit un schéma, comme seuls les vendeurs savent le faire. Selon lui, tout le monde avait intérêt à faire appel à son agence. Il recrutait parmi les meilleures infirmières, et proposait leurs services dans les hôpitaux publics, là où il n’y avait plus assez de personnel pour s’occuper des patients. Il avait, selon lui, créé tout un système informatisé pour le recrutement de ces infirmières, afin de choisir les plus aptes, et aussi, pour ne jamais avoir à subir de retours négatifs venant des hôpitaux. Elles étaient de surcroît, bien mieux payées pour beaucoup moins d’heures de travail. Elles avaient aussi le choix des secteurs, et du temps pour des vacances, qui les arrangeaient toutes. C’est au moment où je demandais la différence de salaire entre une infirmière au public et celles venant d’une agence que le ton commençait à monter. Je n’arriverais vraiment pas à me faire à l’idée que l’on puisse gagner de l’argent sur le dos des personnes malades. Nous n’étions vraisemblablement pas du même monde.